Les troubles de l’humeur

MISE EN GARDE : L’INFORMATION NE DOIT PAS SERVIR À POSER UN DIAGNOSTIC

La dépression Le trouble bipolaire

Tout le monde peut avoir le "cafard" ou connaître des hauts et des bas à l'occasion. Les troubles de l'humeur sont toutefois des maladies qui amènent les personnes atteintes à ressentir des émotions intenses et prolongées.

Lorsque survient un événement pénible (décès d’un être cher, perte d’emploi, accident ou maladie), un sentiment accablant d’impuissance et de désespoir peut survenir et entraîner un trouble dépressif majeur.

Une personne chez qui l’on a diagnostiqué un trouble bipolaire connaît une alternance de sautes d’humeur qui vont des «hauts» extrêmes aux «bas» extrêmes.

Ces épisodes n’ont peut-être rien à voir avec un événement de la vie en particulier. Ils semblent survenir spontanément et indépendamment de tout élément déclencheur.

Outre les sentiments de dépression, une personne atteinte connaît aussi des épisodes «maniaques».
LES INDICES LES INDICES

Si cela dure plusieurs semaines…

Une perte d’intérêt et l’absence de plaisir dans les activités, y compris les relations sexuelles;

Le retrait des situations sociales;

Des sentiments permanents de tristesse, d’anxiété, d’inutilité, de désespoir, de culpabilité;

Des modifications de l’appétit ou une fluctuation de poids inexpliquée;

Un manque d’énergie. La personne se plaint de fatigue;

Des troubles du sommeil (insomnie ou sommeil excessif );

Une perte ou une diminution de la concentration, une perte de mémoire;

Des pensées suicidaires.

Les «hauts» extrêmes :

Un optimisme extrême, de l’euphorie et un sentiment de grandeur;

Des pensées rapides qui se bousculent et de l’hyperactivité;

Une diminution du besoin de sommeil;

Une irritabilité accrue;

De l’impulsivité et peut-être un comportement téméraire.

Les «bas» extrêmes, voir les indices de la dépression dans la colonne de gauche.

 

À noter que les troubles de l’humeur comprennent également la dépression post-partum et les troubles affectifs saisonniers.

La dépression déguisée                                       

Parfois, les personnes déprimées manifestent des signes « atypiques ». Par exemple, les hommes peuvent connaître des périodes prolongées d’irritabilité ou de colère, plutôt que de tristesse. Puisque ces symptômes ne dénotent pas une dépression, le diagnostic est plus difficile.

Les enfants déprimés peuvent se plaindre d’être malades, éviter l’école ou être extrêmement réticents à quitter un parent. Ils peuvent sembler en colère, peu coopératifs ou antisociaux.