Connaître les règles d’or

   

On ne joue pas au thérapeute; 

On choisit de jouer le rôle de rel ais entre la personne et l’aide approprié;

On s’ajuste au rythme de la personne. Ce n’est pas une question de volonté : la personne n’est pas «disponible» à ce moment;

On ne peut pas être le ou la thérapeute d’une personne proche;

On tient compte du contexte de la situation dans laquelle on se trouve;

On ouvre pas une porte que l’on ne pourra refermer;

On identifie ses propres émotions en jeu dans la situation;

On tient compte de la nature du rôle que l’on joue habituellement ou occasionnellement auprès de la personne;

On a identifié et on sait comment respecter et faire respecter ses limites;

On sait rester «branché» sur d’éventuelles fluctuations de son sentiment de sécurité physique et psychologique: est-ce que j’ai peur de l’agressivité de la personne ?

On doit aborder la personne dans son intégrité et sa globalité.